Lyon | Ecully | Saint Etienne
04.82.53.72.00
contact@kardynal.fr

Pourquoi calculer le seuil de rentabilité?

Pourquoi calculer le seuil de rentabilité?

Le seuil de rentabilité est un indicateur indispensable en matière de gestion d’entreprise. Chaque chef d’entreprise doit connaitre ces deux indicateurs et surtout s’en servir en contrôle de gestion au quotidien. Il en existe d’autres à découvrir dans cet articles sur les 5 indicateurs à connaitre. Ces notions sont extrêmement utiles autant pour les micro entreprise que pour les multinationales. Ils sont variables dans le temps, car ils évoluent en fonction de la structure de charges et l’organisation de l’entreprise. Pensez à le calculer régulièrement pour le mettre à jour.

Pourquoi calculer le seuil de rentabilité ?

Le seuil de rentabilité est un indicateur d’objectif. Il est exprimé en euros. Il représente le chiffre d’affaires à atteindre afin d’équilibrer votre exploitation, c’est à dire que vous ne perdiez pas d’argent mais que n’en gagniez pas non plus. C’est donc une donnée indispensable. Comment ferait un chef d’entreprise responsable s’il ne connait pas le chiffre d’affaires minimum à atteindre pour le pas perdre d’argent? On distingue seuil de rentabilité économique et seuil de rentabilité financier. Explications.

Pourquoi calculer le seuil de rentabilité économique?

Lorsqu’on parle de seuil de rentabilité sans préciser, on entend pas là le SR économique, qui est à distinguer du SR financier. C’est à dire que l’on cherche, comme expliquer précemmdent, à calculer le chiffre d’affaires minimum pour ne pas perdre d’argent… comptablement, c’est à dire avoir un résultat à 0.

Pour autant est-ce bien suffisant ? J’ai bien peur que non dans la mesure où, vous l’avez remarqué, votre résultat est, sauf exception, toujours différent de votre niveau de trésorerie. Certaines sociétés en bénéfice ont des comptes bancaires à découvert du fait d’un décalage entre la comptabilité et les répercussions sur la banque ( délais de paiement clients, délais de livraisons, stockage, remboursement d’emprunt, investissement et amortissement, …). Nous l’expliquons dans cet article sur résoudre ses problèmes de trésorerie.

Pourquoi calculer le seuil de rentabilité financier ?

Vous l’aurez compris, le calcul du seuil de rentabilité financier tient compte des décalages existants entre votre résultat théorique comptable (celui que vous présente votre expert comptable) et la trésorerie disponible sur votre compte bancaire. Or, c’est bien votre trésorerie qu’il faut préserver et analyser. Les tribunaux de commerce sont pleins d’entreprises rentables sur le papier (c’est à dire qui dégagent un bénéfice comptable) mais qui malheureusement ont mal gérées leurs trésorerie. Le calcul du seuil de rentabilité financier est donc bien entendu au moins aussi important que celui du seuil de rentabilité économique.

Comment calculer le seuil de rentabilité?

Si son importance est capitale, vous verrez que le calcul est particulièrement simple dans la majorité des organisations. Le calcul est rendu plus complexe dans les grandes sociétés mais celles-ci disposent alors de contrôleurs de gestion professionnels. Le calcul du seuil de rentabilité est précédé de deux éléments préalables que doit aussi connaitre un chef d’entreprise : son taux de marge moyen et son niveau de charges fixes. Voyons comment calculer le seuil de rentabilité.

Calculer son taux de marge moyen

Encore une fois, ce calcul peut se révéler simple mais il nécessite de disposer des données comptables de l’entreprise de façon fiable.

En théorie, nous recherchons le taux de marge brute moyen c’est à dire, la marge dégagée sur une vente ou un service divisée par le chiffre d’affaires.

Exemple : une entreprise achète des meubles pour les revendre. Elle applique un coefficient X 1,6 sur le prix d'achat. C'est à dire que si elle achète un meuble 100€, elle le revendra 160€. Sa marge brute est donc de 60€ et son taux de marge de 60€/160€ soit 37,50%.

Ainsi, le calcul est simple et pour autant l’appliquer à votre entreprise ne sera certainement pas aussi aisé dans la mesure où vous n’appliquez pas le même coefficient à tous les produits, il faut donc tenir compte du mix produits. Si vous commercialisez 3 produits. Un avec un coefficient à 1,6, un autre avec un coefficient à 1,8 et un dernier avec un coefficient 2, il faut voir les proportions vendues afin de déterminer le taux de marge moyen.

Votre expert comptable dispose des données fiables : total des ventes, total des achats et total des stocks (si les stocks sont fiables).

D’autres éléments éléments peuvent venir complexifier ce calcul ; il s’agit des frais accessoires : frais de livraison, emballages, commissions, primes versées aux commerciaux, RFA, etc.

Break even point and blackboard

Evaluer son niveau de charges fixes

Une fois que nous connaissons notre taux de marge moyen, nous savons déterminer que pour 1€ de chiffre d’affaires, nous avons en moyenne X centaines de dépenses variables directement liées au chiffre d’affaires : matière première, marchandises, frais de livraison, etc. Car c’est bien de cela dont il s’agit : le taux de marge sur coûts variables (par rapport au chiffre d’affaires).

La deuxième catégorie de charges après les charges variables est constituée des charges fixes. On parle ici des charges que vous dépenserez quel que soit le chiffre d’affaires et sans aucune corrélation directe. Vous pourrez bien entendu les réduire et les augmenter à souhait avec des effets de seuil mais elles ne sont pas variables par rapport au chiffre d’affaires, en tous cas pas de façon directe.

Parmi les charges fixes on peut citer :

  • Les loyers
  • Les assurances
  • Les dépenses de publicité
  • Les honoraires
  • Les salaires (hors primes sur chiffre d’affaires)
  • Les amortissements
  • Les frais de téléphonie
  • Les frais de déplacement
  • etc.

Ces charges fixes sont faciles à anticiper. Il faudra simplement fixer des budgets tout en anticipant les effets de seuil. Nous avions fait le calcul pour un restaurant.

Exemple d'effet de seuil : dans un garage automobile les locaux sont prévus pour accueillir maximum 10 salariés. Ainsi le loyer est fixe que vous soyez 0 ou 10 salariés. Toutefois, si le chiffre d'affaires vient à augmenter, il sera nécessaire de recruter et donc de déménager. C'est à dire que pour le 11ème recrutement, il faudra peut être s'attendre à doubler le loyer (si nous prenons des locaux dimensionnés pour 20 par exemple).

Le calcul

Exemple : une entreprise a des charges fixes évaluées à 100 000€ et son taux de marge de 40%. 
Le seuil de rentabilité : 100 000€/40% = 250 000€. L'entreprise commence à gagner de l'argent à partir de 250 001€.

Comment calculer le point mort ?

Le calcul du point mort est un dérivé du calcul du seuil de rentabilité. Le seuil de rentabilité nous renseigne sur le chiffre d’atteindre à atteindre pour arriver à l’équilibre économique ou financier. Le point mort quant à lui nous renseigne sur le moment auquel le seuil de rentabilité est atteint dans l’année. Il est exprimé en jours, sur la base de 365 jours par an. Ce calcul nous permet de déterminer le niveau de risque de l’activité.

Pour calculer le point mort, il suffit de faire une règle de trois.

Exemple : reprenons notre entreprise de tout à l'heure, elle réalise un chiffre d'affaires en 2020 de 450 000€. Pour rappel son seuil de rentabilité était de 250 000€. Ainsi, le point mort est atteint au 203 ème jour, soit : 
(365 jours x 250 000) / 450 000 

Si votre point mort est au delà de 365 jours c’est que l’entreprise est déficitaire. Plus votre point mort arrive tôt, plus le risque de faillit est faible. A l’inverse si votre point mort est au 335 ème jour cela veut dire que vous avez fait votre bénéfice sur le dernier mois d’exploitation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *