3 rue Milleret 42000 Saint-Etienne
04.82.53.72.00
contact@kardynal.fr

Gestion d’entreprise : 5 indicateurs clefs

Gestion d’entreprise : 5 indicateurs clefs

Gestion d'entreprise

Un entrepreneur n’est pas un expert de la comptabilité. C’est avant tout un expert dans son domaine de production. On demande aussi à un bon entrepreneur de savoir gérer, manager, anticiper, vendre… mais personne n’a dit qu’il fallait le faire seul. C’est pourquoi il est indispensable de savoir bien s’entourer pour gérer tous ces aspects opérationnels. Vous ferez appel à une multitude de professionnels qui vous aideront à grandir : avocats, agences web, expert comptable, informaticien, assureurs, etc. Nous avons souhaité mettre en avant les 5 indicateurs de gestion d’entreprise qui sont à retenir … si on ne devait en retenir que 5. Le temps d’un chef d’entreprise est précieux, voici ce qu’il faut regarder pour aller vite et avoir un bon aperçu de la performance et de la santé financière d’une entreprise.

Le chiffre d’affaires

Indice de performance commerciale, le chiffre d’affaires est un indicateur clé de la gestion d’entreprise. Il détermine la capacité de celle-ci à rencontrer son marché, ses clients. Le chiffre d’affaires nous donne une idée du positionnement de la société sur son marché, de la confiance donnée puis renouvelée par les clients de l’entreprise. La variation du chiffre d’affaires nous renseigne aussi sur la dynamique de l’entreprise. Cette dynamique est à analyser en fonction de deux facteurs :

  • La dynamique du marché : sommes nous sur un marché porteur en croissance ou au contraire sur un marché en déclin
  • Le niveau de maturité de l’entité. Il est plus facile d’accuser une croissance à deux (voire trois) chiffres en démarrage d’activité (phase de croissance) plutôt qu’après plusieurs années
En effet, passer de 10 000€ de CA à 50 000€ peut être analysé comme une superbe performance (400% de croissance) en termes de pourcentage. Il est important d'analyser également la croissance en valeur, soit en euros. On à donc augmenté de 40 K€. Dans le même temps, une société passant de 1 M€ de CA à 1,1M€ n'aurait fait "que" 10% de croissance mais accuserait une hausse de 100K€ de CA. 
Chiffre d'affaires
Le chiffre d’affaires représente les ventes de l’entreprise.

Le taux de marge

Réaliser du chiffre d’affaires c’est intéressant … mais il est primordial de l’analyser à travers le prisme du taux de marge afin de connaitre réellement le gain réalisé sur les ventes et ainsi avoir une bonne gestion d’entreprise.

Seul le chiffre d’affaires n’est pas un indicateur fiable de la performance commerciale

Selon le secteur d’activité, il existe des niveaux de taux de marge moyen qui permettent à une entreprise de se positionner vis à vis de ses concurrents. L’administration fiscale également utilise ces données pour détecter les fraudes éventuelles (non déclaration de recettes et blanchiment d’argent).

Pour calculer le taux de marge, il est indispensable de calculer la marge en euros dans un premier temps. Pour connaitre sa marge, il faut identifier les charges variables. C’est à dire qui sont engagées/consommées proportionnellement à une vente.On peut citer en exemple:

  • Les matières premières/marchandises
  • La sous-traitance
  • Les emballages
  • Les frais de transport
  • Les primes aux commerciaux/apporteurs d’affaires

Voici le détail d’un calcul réalisé pour un e-commerce:

Chiffre d’affaires (1)200 000€
– Marchandises– 50 000€
– Commissions Amazon– 50 000€
– Emballages– 10 000€
– Frais de port– 20 000€
TOTAL des charges variables (2)– 130 000€
Marge (3) 70 000€
Taux de marge (3) / (1)35%

Ainsi dans cet exemple, le taux de marge est de 35%, ce qui signifie que pour 1€ de chiffre d’affaires réalisé, il me restera 35 centimes pour couvrir mes charges fixes et potentiellement dégager du bénéfice.

Le niveau de charges fixes

Le troisième indicateur retenu est le niveau de charges fixes qui présente deux intérêts majeurs :

  • Connaître le niveau des charges de structures engagées pour la réalisation de la performance réalisée
  • Calculer, en complément des 2 premiers indicateurs, notre Seuil de Rentabilité

Les moyens engagés

Les charges fixes représentent l’ensemble des autres charges … c’est à dire celles qui ne dépendent pas du chiffre d’affaires. Ce sont principalement les charges de structure, qui nous renseignent sur les moyens engagés et qui doivent nous permettre de passer un cap, d’obtenir du chiffre d’affaires et de la rentabilité. On peut citer par exemple :

  • Les investissements réalisés (que l’on retrouve par le biais des dotations aux amortissements)
  • Les dépenses de fournitures
  • Les locations
  • Les assurances
  • Les déplacements
  • La publicité (Adwords, Salons, Flyers, dépliants, cartes de visite, etc.)
  • La masse salariale

Toutes ces dépenses sont souvent simples à identifier car il s’agit principalement de dépenses récurrentes. Le calcul du niveau de charges fixes va nous permettre de déterminer un indicateur essentiel : le seuil de rentabilité.

Calcul du seuil de rentabilité

Combinons notre niveau de charges fixes et notre taux de marge pour déterminer notre seuil de rentabilité économique. Il s’agit du niveau de chiffre d’affaires à réaliser afin de couvrir à la fois les charges variables et les charges fixes engagées. Atteindre le seuil de rentabilité est un premier palier, l’objectif numéro 1 pour ne pas perdre d’argent.

On le calcule comme suit :

Niveau de charges fixes (1)50 000€
Taux de marge (2)35%
Seuil de rentabilité (1) / (2)142 857€
Le seuil de rentabilité

Trésorerie et gestion d’entreprise

La trésorerie, le “nerf de la guerre”. Des entreprises rentables mais ayant des problèmes de trésorerie se retrouvent en liquidation judiciaire .. voire en redressement judiciaire. Il est primordial de contrôler avec assiduité son niveau de trésorerie … et de l’ancitiper.

Au delà de la rentabilité de l’activité, la bonne gestion d’une entreprise passe par la maîtrise de sa trésorerie. Pour cela il est nécessaire d’avoir une double stratégie.

  • Stratégie de “haut de bilan” : il s’agit de privilégier les financements à long terme (emprunts bancaires) pour tout ce qui touche aux investissements long terme (immobilisations). Dans la majorité des cas, l’autofinancement est à proscrire. Il peut être source d’instabilité pour l’entreprise.
  • Stratégie de “bas de bilan” : l’organisation même de l’entreprise peut être consommatrice de cash et nécessiter dans ce cas, des capitaux propres importants (voir infra). On parle de Besoin en Fonds de Roulement.
Le Besoin en Fonds de Roulement représente la trésorerie nécessaire à court terme pour faire fonctionner l'activité. Il est exprimé en jours de CA. En effet, certaines activités nécessitent ds avances de trésorerie. C'est le cas notamment lorsqu'il y existe des délais de paiement clients, fournisseurs et de stockage. 

Exemples : Une société enregistre une commande de 100€, paiement à 30 jours. Préalablement, la société avait du acheter la marchandise et la stoker (pendant 90 jours), ce qui lui a mobiliser la trésorerie. Heureusement son fournisseur lui,  n'est payé qu'à 45 jours. Mais il a donc fallu avancer la trésorerie pendant 75 jours soit :
- Délai de stockage : 90 jours
- Délai de paiement clients : 30 jours
- Délai de paiement fournisseur : - 45 jours

Dans une organisation générant du BFR, l’augmentation du chiffre d’affaires entraîne une baisse de la trésorerie.

Établir et budget de trésorerie est indispensable à la pérennité de l’entreprise.

Les capitaux propres

Le niveau des capitaux propres nous renseigne sur la part de risque prise par l’entreprise dans le financement global de son activité. Il nous renseigne également sur le niveau d’investissement réalisé par les associés/actionnaires de l’entité.

Ce niveau de capitaux de propres est à analyser selon plusieurs axes :

  • En rapport avec les dividendes versés les années précédentes et qui ne figurent plus dans les capitaux propres ;
  • En fonction du total bilan, c’est à dire le total du patrimoine. Une banque considère que les capitaux propres doivent représenter au minimum 20% du total bilan pour un bon équilibre financier ;
  • Au regard du bénéfice, le niveau des capitaux propres nous permettra d’analyser la profitabilité de l’entreprise. En effet, l’analyse sera différente si pour 100K€ de bénéfices l’investissement initial est de 1M€ ou de 10M€.

Gestion d’entreprise : 5 indicateurs clefs : Conclusion

L’analyse de la gestion d’entreprise est transversale. Les chiffres nous servent de repère mais ne peuvent être pris séparément. C’est pourquoi les 5 indicateurs présentés sont à analyser ensemble. Ils sont une première approche pour tenter de comprendre la structure de l’entreprise, ses points forts, ses axes d’amélioration. Il peut être intéressant notamment en création d’entreprise de faire une formation sur la gestion globale.

Une réponse

  1. […] vous invite également à consulter un article primordial sur les 5 indicateurs de gestion à maitriser pour gérer votre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *