LYON | MARCY L'ÉTOILE | SAINT-ETIENNE
04.82.53.72.00
contact@kardynal.fr

Quelles étapes pour la création d’entreprise ?

Quelles étapes pour la création d’entreprise ?

La création d’entreprise est une action courageuse, prenante et stressante qui nécessite une importante phase de réflexion en amont. L’enthousiasme et l’adrénaline qui suivent l’idée du business vont vite se heurter au travail administratif qui est beaucoup moins palpitant. Il faudra donc être armé d’une motivation et d’une patience d’acier. Sachez toutefois que le résultat final peut en valoir a peine. Toutefois, il est important d’avoir également en tête les erreurs à ne pas commettre. Dans cet article, vous trouverez un guide avec les étapes à suivre pour monter votre projet entrepreneurial.  

Réfléchir à la viabilité du projet

Vous avez à ce stade surement une idée géniale. Qu’elle soit novatrice ou qu’elle réponde à un marché existant, l’important est qu’elle corresponde bien à un besoin, une frustration, une insatisfaction d’une cible particulière. Toutefois, il y a plusieurs points de vigilance avant de vous lancer. Voici quelques pistes de réflexion :  

Avez-vous les compétences nécessaires ? 

Si la réponse à cette question est positive vous remplissez le premier critère indispensable pour vous lancer dans une création d’entreprise. Si toutefois, elle est négative, il faudra envisager de suivre une formation supplémentaire. Pas de panique, je ne parle pas d’un retour à l’université, même s’il est envisageable. Sur Internet, il y a de plus en plus de ressources gratuites pour se former sur des sujets très variés. Si toutefois vous avez besoin d’un encadrement dans votre formation, il y a toujours des cours en ligne payants ou de MOOC pour actualiser/enrichir vos connaissances.  

Si toutefois vous pensez que vous auriez besoin de plus d’aide et un complément de compétences, vous pourriez envisager l’association avec un professionnel du secteur. Dans ce cas, réfléchissez à la valeur ajoutée que vous avez dans le projet. Ce futur associé a t-il réellement besoin de vous ? A court terme ? A long terme ? Quand on ne maîtrise pas son cœur de métier, la prudence est de mise avec ses associés. Cela passe notamment par la rédaction d’un pacte d’associés mûrement réfléchi.

Quelle est votre situation actuelle ?

Etes-vous au chômage, salarié, fonctionnaire ou freelance ? La réponse à cette question va indiquer le degré de liberté en matière de temps et de ressources financières pour réaliser ce projet. Si vous êtes salarié et vous désirez quitter l’entreprise, il faudra que vous arriviez (dans la situation idéale) à négocier une rupture conventionnelle. Toutefois, il est nécessaire d’anticiper votre baisse de revenu dû à une période de chômage, suivie par un manque de revenu pendant les premiers mois du lancement de votre activité. En effet, on sous estime souvent très largement le temps nécessaire à la montée en puissance de l’activité.

L’activité est-elle compatible avec votre vie personnelle ? 

Vous êtes célibataire, en couple, marié ? Avez-vous des enfants en charge ? Ces réponses sont cruciales dans la constitution de votre projet de création d’entreprise, puisque cela vous permet de comprendre comment sont structurées vos priorités. En effet, la création d’entreprise demande des idées, du savoir faire, du savoir être, du réseau … et surtout du temps. Du temps que vous ne consacrerez pas à votre famille ou à vos loisirs.  C’est vrai tout au long de la sa vie d’entrepreneur et encore plus sur la première année … voire les cinq premières.

L’étude de marché est-elle favorable ? 

A cette étape il est judicieux de commencer à faire une ​étude de marché pour bien s’assurer qu’il y a une demande, mais aussi de mesurer quel est le niveau de concurrence du marché. A cette étape, réfléchissez sur les points suivants : Qui sont vos concurrents directs ? Quelles sont leurs parts de marché ? Le marché est-il perméable ou pas ? Quel est leur positionnement en termes de services ? Quel est leur discours ? Quel est leur niveau de prix ? Ce sont des questions qui vont conditionner la suite de votre projet, votre approche globale, votre business model  

Création d’entreprise et Business Plan

C’est une étape primordiale de la création d’entreprise. La rédaction de votre business plan va vous aider à rendre votre idée plus concrète. Nous sommes face au passage de l’idée du business à votre projet entrepreneurial. Le business plan est en effet un outil de pilotage et de communication de votre activité. Il a comme but de structurer vos idées, valider la viabilité du projet et convaincre les futurs partenaires et investisseurs de vous rejoindre. Il doit donc nécessairement comporter :  

  • Vos missions, valeurs et vision  
  • Votre business model
  • Une étude de marché solide et véridique 
  • Un diagnostic interne de l’entreprise 
  • Votre stratégie de développement  
  • Un prévisionnel statique de l’activité (compte de résultat, avec charges variables et fixes)
  • Une vision dynamique de votre situation financière  

N’oubliez pas de soigner également la forme. Comme je l’ai dit précédemment, c’est aussi un document de communication pour votre business.  

Protéger son idée 

out projet commence avec une idée. Pour vous assurer la réalisation de votre projet il faudra protéger votre travail. Toutefois, la législation ne protège pas l’idée mais la matérialisation de cette dernière, qu’elle soit sous forme de maquette, marque, invention etc.  Pour préserver votre travail, vous pourriez faire valoir votre droit à la propriété intellectuelle qui est scindé en droit de la propriété industrielle et du droit d’auteur.  

Protéger son idée avec le droit à la propriété industrielle 

Pour faire valoir votre droit à la propriété industrielle, vous devrez effectuer certaines formalités auprès de l’​INPI. Ici vous pouvez déposer :  

  • Un brevet ou d’un certificat d’utilité 
  • Une marque  
  • Un dessin ou d’un modèle 

Protéger son idée avec le droit d’auteur  

Le ​droit d’auteur porte sur les œuvres de l’esprit (écrits, peintures, sculptures, photos, partitions, logiciels ). L’auteur jouit alors “​d’un droit de propriété exclusif sur sa création​”. Celui-ci comprend notamment les droits moraux en ce qui concerne la divulgation de l’œuvre et les droits patrimoniaux comme le droit d’exploitation de l’œuvre : représentation, reproduction ou adaptation.  

Pour bénéficier de ce droit, il n’y a aucune formalité particulière à suivre. Toutefois, vous devrez être en capacité de démontrer que l’objet de droit vous appartient.  

Plusieurs procédés permettent de se munir des preuves, comme le dépôt de votre œuvre auprès :  

  • D’un huissier ou d’un notaire 
  • Une des sociétés de perception et de répartition des droits 
  • De l’INPI via une enveloppe Soleau 

Enfin, la protection de votre idée passe aussi par la discrétion jusqu’au lancement de votre activité.  

Identifiez les financements possibles  

Le financement est “​le nerf de la guerre​” pour la création de votre activité. Cette partie est indéniablement la plus importante pour la réalisation de votre projet. C’est le plus souvent la question la plus négligée par les nouveaux entrepreneurs. Une erreur d’ailleurs que vous ne ferez pas si vous lisez cet article.  

Pensez à identifier et chercher les financementsde manière intelligente pour éviter de perdre votre activité avant même de l’avoir. Pour ce faire, vous allez chercher les financementdans l’ordre qui suit : 

Les apports personnels 

Les apports personnels peuvent inspirer confiance et être perçus en tant que preuve de votre sérieux et engagement dans le projet. Cet apport représente également un effet de levier pour les prêts d’honneur à taux zéro.  

La « love money »  

Désigne le soutien financier de vos amis, de votre famille ou de vos proches à votre projet d’entreprise. Souvent, réussir à convaincre les personnes les plus proches de la réussite de votre projet peut être un atout en votre faveur pour le financement du projet dans les étapes futures.

Trouver un financement pour la création d'entreprise
Trouver un financement pour la création d’entreprise

Subventions : les aides fiscales et sociales 

Voici quelques aides auxquelles vous pourriez prétendre en tant que créateur d’entreprise :  

  • L’​ACRE – l’aide au créateurs/repreneurs d’entreprise qui se présente sous la forme d’exonération totale ou partielle des cotisations sociales.  
  • ARE​ et ​ARCE​ : une allocation pour les créateurs d’entreprise au chômage 
  • NACRE : un prêt à taux zéro pour votre entreprise. Cette aide devra toutefois être accompagné d’un financement bancaire.  

Les prêts ou levées de fonds par des organismes privés 

Les prêts d’honneur sont des prêts personnels accordés par des organismes privés. Ces prêts à taux zéro sont remboursables en 6 ans maximum. Les montants varient de 3 000 à 30 000 €. Les principaux organismes proposant ces prêts sont : 

Concours à la création d’entreprise​. ​Découvrez ici une liste des principaux concours nationaux et régionaux 

Le crowdfunding et les business angels 

Cette pratique méconnue encore aujourd’hui par beaucoup a toutefois un intérêt particulier pour votre projet entrepreneurial. Le crowdfunding consiste en effet à collecter des dons ou des prêts sans intérêt effectués par des particuliers qui croient dans votre projet.  

Ainsi, les principales plateformes françaises de crowdfunding sont les suivantes :  

  1. Notrepetiteentreprise (plateforme de don) 
  2. Ulule (plateforme de don) 
  3. Zentreprendre (plateforme de don)  
  4. Kisskissbankbank (plateforme de don) 
  5. Babeldoor (plateforme de don) 
  6. Hello merci (plateforme de prêt) 
  7. Indiegogo (plateforme de prêt) 
  8. Fondatio (plateforme de don, prêt et financement avec prise de participation) 
  9. FindandFund​ (plateforme de financement avec prise de participation) 
  10. Happy Capital (plateforme de financement avec prise de participation) 
  11. Investir99 (plateforme de financement avec prise de participation) 
  12. Kiosktoinvest (plateforme de financement avec prise de participation) 

Les business angels sont des investisseurs privés. Ils peuvent investir leur capital dans votre projet à condition qu’ils soient convaincus de la rentabilité du projet.  

Les banques  

Enfin, en dernière place suit les prêts auprès des établissements bancaires. Ce sont les plus courants. Lorsque vous passez “​le grand oral” devant votre banquier, n’oubliez pas que la confiance dans votre projet et un dossier complet et convaincant sont les clés de réussite pour avoir une acceptation du dossier dans un premier temps … et des conditions favorables en termes de garantie et de taux d’intérêt.

Trouver, rédigez et déposez le bon statut juridique  

Le choix de ​votre statut juridique est l’acte de naissance de votre entreprise. Il n’y a pas de statut juridique bon ou mauvais, parce que chacun a ses avantages et inconvénients, mais chacun comporte ses spécificités qui sont plus ou moins en phase avec votre projet. 

Voici les options les plus fréquentes concernant les sociétés d’exploitation (hors sociéité holding, immobilières …):  

  • Micro-entreprise (Anciennement Auto Entrprise)  
  • Entreprise individuelle (EI)  
  • Entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL)  
  • Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL)  
  • Société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU)  
  • Société à responsabilité limitée (SARL)  
  • Société par actions simplifiée (SAS)  
  • Société d’exercice libéral (SEL)  

Vous souhaitez être accompagné pour le choix du statut ? Notre cabinet vous propose une équipe d’experts-comptables pour une réponse sur mesure.  

Suite à la définition de la forme juridique et à la rédaction de vos statuts, vous devez déposer votre dossier de création d’entreprise au Centre de Formalités des Entreprises (CFE). Ce dernier vous fournira un récépissé de dépôt de dossier et l’immatriculation de l’entreprise. Retrouvez ici un liste des centres de Formalités des Entreprises selon la nature de votre activité.  

Trouver un lieu pour exercer votre activité 

Cette étape peut avoir un impact non négligeable sur la trésorerie de votre entreprise et sur le démarrage de l’activité. Dans le cadre d’un commerce, nous pouvons suivre le conseil de grands chefs d’entreprise qui disent qu’il n’y a que 3 règles à respecter : l’emplacement , l’emplacement et … l’emplacement. Louez dans un emplacement stratégique pour votre activité et qui ne coûtent pas une fortune n’est pas facile. Pour trouver la perle rare, vous allez repousser le démarrage de votre activité de plusieurs mois et avec lui la création d’entreprise.  

Toutefois, si vous choisissez de travailler depuis votre domicile ou directement auprès de vos clients, le problème ne se posera pas en ce terme. Vous aurez surement un lieu pour exercer votre activité, qui ne vous coûtera que très peu, mais cela pourra affecter l’attitude avec laquelle vont vous regarder vos prospects.  

Démarrage de l’activité 

Voici l’étape final, enthousiasmante et stressante. Vous pouvez enfin activer votre entreprise et commencer à chercher des clients potentiels et vendre vos services/produits.  C’est le moment d’être actif, de faire appel à vos réseaux et d’en rejoindre de nouveaux.

Bonus ! S’entourer de personnes qualifiées pour le conseil 

Cette étape est omniprésente tout au long du développement de votre projet entrepreneurial. Entourez-vous de personnes qualifiées et aptes à vous donner les bons conseils pour réussir vos projets. Mentors, entrepreneurs, organismes spécialisés comme la chambre de commerce, experts-comptables, avocats… toutes ces personnes/professionnels peuvent vous aider dans le développement de votre projet, de la phase la plus précoce à la maturation du projet.  

Vous avez donc ici un guide qui recense les principales étapes pour la création de votre entreprise. Lancez-vous et faites de vos idées un véritable projet ! 

Si toutefois, vous avez des doutes, ou besoin d’une précision sur certains points, nous serions ravis de vous accompagner dans cette grande aventure qu’est l’entrepreneuriat !  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *